Bienvenue au BAAT pour le spectacle GOSPEL de Agsila ce samedi 18 Juin 2022. 

Lien GPS du BAAT : https://goo.gl/maps/y2hZHKxSxqjWb7Yx5

 

Les chansons sont extraites de l'album "Bët set na", composition Agsila.

"Bët Set Na" Gospel Wolof 

Playlist du 18juin 2022

"à la mémoire de mon Père "

 

PROGRAMME 

1ère PARTIE : Anto de Saint Louis

En première partie du concert de Agsila, Anto et ses musiciens interprètent 3 chansons de leur répertoire :

Yeesu Nieuwal 

Bimala Amé

Waxlen ko.

 

2ème PARTIE : Chorale de Thiès 

- Nguur de Agsila avec les musiciens et la chorale de Thiès

- Maa ngi yékkati sa tur par les musiciens et la chorale de Thiès

 

3ème PARTIE : Agsila présente "Bët set na"

Voix :  Agsila, Justin, Seni, Diouli

1/Xale yi 

2/Doomi leer

3/Buur Yàlla

4/Yàllaay sama kiraay 

5/Yeesoo ngi delusi

 6/ Billy's Song(wóolul boroom )

7/Séetoo-séet .

 8/Turam an na dóole

 

CHANSONS ET REFRAINS

 

 

TURAM AM NA DOOLE

Ma bariwoon i titange bari bida

Loon wa x ma jaxle ca tey Rangoon galaac

Taxul rab yi Yap ma jine yi di ma jomal

Li du léeb ma ko dund am ay séede

 

REFRAIN:

Bama jaxle ba woo yeesu la recc ,

Yeesu krist ay waay turam am na doole

 

Saraxeel juniy  nag seetil juniy kangam

Yaa ngi tukki fune taloo lekk ak naan

Sangool luna neex rab yi faale wunu la

Lii du léeb tuddal turam rab yi may la jàmm

 

YEESOO NGI DELLUSI

 Jamono yewwu jot na maandul raggal Yàlla

Yeesooy Almasi te mooy dellusi

Jógal yeewu jot na,

 jammono dina na ñëw ju boroom kër gi di jóg tëj buntan

 

REFRAIN:

Aleluya aan aleluya, 

Alxamdulila santal Yàlla

Santal Yàlla ann aleluya

Aleluya ann aleluya

 

Wàññikuleen ci Yàlla mooy boroom yërmandeek yiw 

Sellal-leen boole koor a ki jooy

Dajale-leen askan wi sellal-leen mboolo mi

Wooleen mag ñi ba ci gone yiiy namp

 

Pont:

Jikko yee, jikko yi

Pare leen jikko yee

Defar leen seen toogaay

Issa mooy dellusi musal nu

 

DOOMI LEER

Xibaár bi nu almasi Yégal moy li 

Yàllaa moom leer

 Sakk leeru asamaan

Mu sol la xelam ma nga doon doomi leer 

PONT:

 Bu ñu ne Yàlla Baay

Bu ñu ne Maam Yàlla

Suux taxul ,dereet taxul 

Bu de leer leer la, jëf ju baax moo moom

Doxal si  leeram doon doomi leer

 

REFRAIN: CHOEURS 

Boroom xel yi laay waxal 

Boroom xel yi laay waxal

 

Yéena di leer , leeru addina

Dekk bu nekk ci tund du mana nëbboo 

Taalibe Sénegal juddu waatal ci leeram

 

 

 

XALE YI

Fonk-leen dund gu sell

Ku sellul doo gis boroom bi

Adji sax ji kenn la

Soppeleen ko seen leppi xol 

Xamal leen ko seeni doom 

Ba bu ñu màggee xamal seeni sët 

Tegleen gone ci yoonu Yàlla

Ba bu ñu xammee  du ñu ko wacc

 

 REFRAIN: CHOEURS

Yeesu neena bayileen xale yi

Ñu mel ni nooma yello nguruug Yàlla

 

LEAD:

* Te it wottu leen a xeeb kenn ci ni gena tuuti ndax kat seeni malaakaa ngi sax ci jotayu Baay bi ci kaw.

 

CHOEURS:

Xale yeey sama xarit Yàllaa ma leen Yonne nu doon yool ci man.

 

 

BILLYE'S SONG:( Wóolul boroom bi)

Dañuy takku tey bëre te duñu daw

Wékk nañu sunu yakaar ci Yàlla 

Dara manu noo tàgaleek bëggelam

Du nàttu du fitna te du njàqare 

REFRAIN: CHOEURS 

Ouyala lala ou Yàlla laaah

Knowing trusting,never douting

Let the Saviour in!

 Ouyala lala ou Yàlla laaah 

Loving waiting Always praising 

Jesus rules within

 

LEAD AND CHORUS:

I rise before dawn and cry for help

I have put my home in your Words 

My eyes stay th rough the watches of the night 

That i may meditate on your promises

 

SÉETOO-SÉET

 

REFRAIN:

Ayee yiyee eh Séetoo-séet

Géew-leen ñu feec

Séetoo-séet 

Couplet:1

 

Jigeen sama séet sama

Sa mbëggeel neex na 

Séet sama nene sama 

Lem ay xéllee sa gémmiñ

Yaay seyaan bu tëje , di bëtu ndox bu saañe

Danga ñul rafet ni xay ma ya ca kedar

Jàppal-leen ma till yu ndaw yee

Yàq lañuy def ,te duñu jariñoo

Loolu la waaji wax 

Couplet 2

Sama nejaay a gën ci xale yu góor yi

Maay bege kepparam

Safoo doom ya

Dugal nama néegub sago jeex Na

Jàppal leen ma till yu ndaw yee

Yàq lañuy def te duñu jariñoo

Loolu la ndaw si wax

 

REFRAIN:

Ayee yiyee eh Séetoo-séet

Géew-leen ñu feec

Séetoo-séet 

 

YÀLLAAY KIIRAAY 

REFRAIN:

Yàllaay sama kiiraay, 

Yàllaay sama kattan

Yaa di sama Tata 

Sama rammukat

COUPLET1:

Yoonu Yàlla dafa mat

Kaddoom dafa wóor

Kepp ku laqu ci Yàlla

Dammam dafa wóor

May woy Adji sax ji man

Ngir mucc samay noon neey

Duma làqu duma tiit man .

Ñi yeene lu bon

REFRAIN: VARIATION

Yàllaay sama kiiraay, 

Yàllaay sama kattan

Yaa di sama Tata 

Sama rammukat

CHOEURS : 

Dukkat leen, dukkat leen 

Buur bi jar Nako

 

Dukkat

 

 

 

 

Entretien avec Agsila :

 

« Bët set na » est votre troisième album, dans la continuité de vos engagements féministes et de votre quête spirituelle. Pourquoi avoir choisis la musique jazz comme style ?

 

Mon premier album « Soupirs » parle d’un féminisme inconciliable ; la culture universelle africaine demande un féminisme spécifique qui n’est pas Américain ni Européen, mais qui se situe plus dans notre société à culture matriarcale même si la femme n’est pas valorisée par rapport à l’homme. 

Et mon Jazz afro est destiné à unir les africains à travers les langues et les rythmes à la recherche d’une unité. Le jazz est une expression de l’âme avec une base d’improvisation enracinée dans le réel, dans la vie quotidienne.

 

Après l’album « Soupirs » sorti en 2017, vous enregistrez votre deuxième album « Tegtal » avec 14 nouvelles chansons afro-jazz, plus spirituelles. Quelle est votre inspiration ?

 

Mon deuxième album s’appelle Tegtal, ce sont des visions.

Dans Tegtal il y a de la colère et une réponse plus spirituelle en réponse à tous nos malheurs, une réponse à tous les préjugés, et Tegtal sont des recommandations qui amènent la solution à travers l’amour, les sentiments qui permettent de supporter le pire avec compassion.

Les textes sont politiques, ils parlent du juste, celui qui aime le peuple, et de la maltraitance du faible, des vulnérables, mais je m’inspire aussi de l’environnement. 

La nature nous montre que les vulnérables ne sont pas que les humains, mais aussi les animaux, comme cet oiseau qui prie dans la chanson Nãan (prière), car il n’y a plus de branches, il n’a plus d’eau et il s’adresse à Dieu dans sa prière.  

 

Ce nouvel album, composé pendant le confinement, porte l’espoir et appel à la compassion. Avec Bët set na, est-ce que le jour se lève pour tout le monde ?

 

Avec « Bët set na » c’est le jour se lève.  Nous étions dans les « soupirs », nous sommes passé aux visions « Tegtal », irréelles, et là le voile est tombé, le jour se lève, nous sommes dans la réalité et la mise en garde. 

Nous marchons dans une vie consacrée à la lumière : la lumière pour les gens, la lumière sur nous et la lumière pour les plus opprimés.

Et la solution c’est Gospel, c’est la bonne nouvelle. La bonne nouvelle est arrivée, c’est le salut pour toutes et tous, la solution pour tout le monde.

L’humain n’est pas dieu. Dieu c’est le divin, une manifestation universelle. L’homme est restreint mais Dieu n’est pas comme ça ; il veut la paix pour tout le monde et il ne restreint pas les autres. Bët set na c’est ça : le livre est ouvert, les bras sont grands ouverts, les mains sont ouvertes. 

Quelles sont les nouveautés dans votre spectacle GOSPEL ?

Le 18 Juin je présente 10 nouvelles compositions de mon nouvel album Bët set na avec de nombreux invités : la chorale de Thiès, Anto de Saint Louis, Echo de Dakar et le chanteur Justin Badara. C’est pour moi l’aboutissement de deux ans de travail de composition que je vais mettre en scène avec de nouveaux musiciens où là je sort du jazz pour aller vers le Mbalax, le reggae, le slam, la soul mais avec le désir de renouveler le genre Gospel tout en gardant les racines de notre musique Sénégalaise. 

Le défi est de rester à la fois populaire en wolof et de créer de nouvelles formes musicales savantes. C’est pourquoi j’écris et je chante ici à Yene dans un village traditionnel à la culture séculaire sénégalaise qui m’inspire beaucoup dans cette période de bouleversements où il ne faut pas perdre la foi.

 

 

C’est un fromager, sur la piste de Daga, aux confins du Dialaw.

Depuis longtemps, l’arbre guérisseur des troubles mentaux et de la fièvre, nourris aussi et habille l’homme de son coton naturel.

C’est une voie de passage pour les esprits; des racines à la canopée céleste, il traverse les mondes verticaux.

Son ombrage est précieux au Sahel. 

Avant de l’abattre, il faudrait organiser une cérémonie pour maintenir l’équilibre de vie. 

 

Car la menace est réelle, au Dialaw industriel…

 

Les ressources naturelles sont à la mesure des Sénégalais : abondantes, saines et renouvelables.

Le maraichage et l’élevage nourrissent les espoirs de greniers garnis dans les Niayes, au climat doux et aux puits bien remplis. 

Vivre de sa propre culture est un rêve de jouvence.

Plaise que la paix règne sur les nouvelles routes des Niayes.

Mais les plantes, les troupeaux, les cultures, l'océan sont menacées ...

 

 

 

 


Dans la brousse sèche et aride, deux baobabs sont en sursis. 


Le vent sahélien a séché la terre, les troupeaux ont mangé les rameaux,

les singes ont mâché leurs pains, et à tout cela ils ont bien résisté.


Mais aucun griot ne peut plus les sauver, car au Dialaw ils sont déjà condamnés .

 

En attendant les ingénieurs et les forestiers, les vieux centenaires rêvent d’une grâce exemplaire... 

 

 

Agsila participe à la biennale off Dak'Art 2018 

 

 DAK’ART OFF, BAAT, IN-DE-TRI-TUS

 

 

A Yenne, autour du BAAT (Bureau Africain des Arts et Techniques), lieu nouvellement crée par Agsila et Hervé Breuil, le projet In détritus liant écologie, respect du territoire, création et sensibilisation artistiques prendra son envol le dimanche 6 mai  à 17h en débutant joliment par le vernissage d’œuvres in situ.

 

Conduit par trois artistes, Agsila musicienne, Habdaphai et Henri Sagna plasticiens, avec l’intervention de la compagnie théâtrale CAADA DIALAW, le projet comporte trois expositions, un spectacle, des performances et installations, des ateliers, une rencontre avec les artistes autour du détritus. Les expositions sont ouvertes jusqu’au 6 juin.

 

Les artistes

 

Agsila, musicienne qui a plus d’une corde à son arc, exposera 20 photos. « Résidus » c’est ce qui reste de ce qu’on a touché (chaussure, théière). Reste la trace du vivant, livrant son énergie à un monde invisible  qui s’adresse à l’âme de l’objet et permet les mutations.

 

Henri Sagna, professeur à l’école des beaux-arts de Dakar, est un habitué de Dak’Art. Il expose cette année dans 5 lieux différents de la capitale. Dans cette exposition in situ, présentée comme un parcours et jouant du détournement et du rebut, l’artiste affirme son engagement environnemental, la lutte contre la pollution. Du filet de poisson encombré de plastique et d’objets rejetés aux poissons réalisés dans des tongs, en passant par les dessins d’enfants sur les espèces menacées, Sagna trace son chemin et file sans vergogne la métaphore : poissons sans chair qui finissent fichés dans un mur de béton comme autant de flèches et de poignards pour une nature assassinée.

 

Habdaphai. En recherche depuis longtemps sur l identité martiniquaise, hanté par le métissage et ses transgressions, l’artiste présente sur des petites cartes déchirées et assemblées, l’image d’une foule compacte, s’interrogeant sur ses propres valeurs et sa place dans le monde. Sur un mur, quelques personnages sortis des séries (porteurs de poissons, regards) et d’une future bande dessinée  appellent les enfants aux ateliers, suivront performances sur le quotidien et une installation faite avec les déchets, dressée vers la mer comme un ultime et dérisoire défi.

 

 

 

Le lieu : BAAT

 

Jouant habilement du dehors, dedans et du sans frontières, il offre espaces clos et espaces ouverts. Tout d’abord un grand studio de répétitions et d’enregistrement, qui peut devenir une salle de spectacle de 50places avec cabine technique et luxe suprême : une grande terrasse rassembleuse.

Une maison sans toit ni portes ni fenêtres offre des espaces d’exposition. Plus loin, une scène à ciel ouvert et un lieu de danse. D’un saut de puce, sous le regard tranquille de l’eau, on passe d’un espace à un autre avec le bonheur de la rencontre.

 

Projet Résidus

Série photographiques

 

La série Résidus évoque la mort.

Cette mort est abordée sous deux angles ;  La mort de l’être  et la mort des objets.

Les objets déchus deviennent déchets.

L’être mort reste peut être encore attaché à eux.

L’espace flou est un passage.

L’objet est en attente sous le regard de l’être mort. 

Nous laissons nos empreintes dans nos objets personnels .

Nous y laissons aussi beaucoup d’énergie résiduelle.

Ces résidus sont abandonnés dans nos jardins, dans les déchetteries et les décharges.

 

 

 

 

 

 

 

 Les personnes meurent quand on ne pense plus à elles, les objets meurent lorsque on ne les aime plus. 

 

 

 

 

 

Exposition au BAAT

 

Le B.A.A.T. (Bureau Africain des Arts et Techniques) est un outil ouvert aux projets de création. 

 

Studio de répétition et d'enregistrement son et vidéo équipé en lumières et sonorisation.

 

 

 

Configuration concert ou spectacle pour un public de 50 personnes.

 

 

 

Studio de montage et de mixage 

 

 

Nous mettons à disposition un materiel professionnel de sonorisation

adapté aux salles et aux prestations en plein air jusqu'à 300 personnes

d'une puissance maximum de 7 000 W, comprenant :

Façades :

-  2 enceintes SUB RCF ART18  actives

-  2 enceintes SATELITES RCF ART15  actives

Retours :

- 4 enceintes RCF ART12 actives

Micros :

- 2 micros chant SM58

- 3 micros instruments SM57

- 2 micros overhead

- 1 micro HF SENHEISER

- 8 pieds de micros

Tables de mixage :

- 1 yamaha 12 pistes analogique

- 1 soundkraft 16 pistes numérique

Le jazz Afromythic de Agsila cherche ses racines dans les mythes africains des civilisations disparues et à naître.

L’artiste compose sur les débris de notre histoire en imaginant un autre récit du monde, une harmonie inclusive et les vrais rythmes de la vie. 

Avec ses fidèles musiciens, Abdoulaye Seck, Johnny King, Cheykh Ndiaye et David Ndecky, Agsila propose des compositions jazzy franco-wolof, à l‘empreinte universelle africaine. 

Avec Afromythik, le monde qui vient sera africain.

 

 

PROSTITUTION composition et chant Agsila

 

NÂAN (prière) composition et chant Agsila

 

 

Te ño boolo (l'unité Africaine) Composition et chant Agsila

 

Xale Yi composition et chant Agsila

 

 

 

Agsila était l'invitée de Muzikbiz sur la télévision Sénégalaise RDV

15 mn d'interview pour parler social culture et spiritualité.

 

 

 

Buur Yàlla (Notre père) composition et chant Agsila.

 

 

Ado, composition et chant Agsila accompagnée par le groupe Echo à Niani Beach Dialaw.

 

 Kaw ga de Agsila (Campagne) est l'histoire d'un taxi man :

Refrain :
"céy ku xam kaw ga
faale woo Ndakaroo ki coonoom"
(L' habitué des campagnes
est triste à Dakar,
Le printemps arrive
les arbres ressuscites ... )
sur un air de reggae avec le groupe Echo.

 

 

Ñaan : le clip

https://web.facebook.com/aksileen/videos/798198047672316/

 

 

Extrait de "Nguur" à la Cave du Djoloff/ Dakar, le 15 juin 2019

 

 

Auteure, compositrice, interprète, Agsila sillonne les villages d'Afrique pour y puiser son inspiration. Entre poésie humaniste et textes militants, ses chansons se nourrissent de la condition des femmes et des hommes du continent africain. Vous découvrirez une voix exceptionnelle à travers un processus de création qui chemine de la rencontre à l'inspiration, de l'écriture à la composition, de la répétition à la scène. Agsila s'entoure de musiciens de talent. Elle crée des rythmes au service d'un engagement de chaque instant.

Agsila from Philippe Didier - Les Films Ozef on Vimeo.